Le site du Centre International de Séjour de Val Cenis, pour les Groupes Scolaires

T. 04 79 05 92 30 • info@cis-valcenis.com


Vous êtes ici : Accueil > Faune


La faune

 

LE CHAMOIS

 

                Genre espèce

Le chamois Rupicapra rupicapra (rupicapra ss sp spécifique des Alpes) est une espèce de la famille des bovidés (comme les vaches) et de la sous famille des caprinés (comme les chèvres).

 

                Habitats

Le chamois évolue dans des habitats divers tels que les rochers, les pelouses alpines, les éboulis et les forêts

en fonction des saisons. Aussi peuvent ils être aperçus dans différents étages de la montagne : à partir de 800 m jusqu'à 2800 m. Dans les Alpes, les activités humaines provoquent un recul des populations vers les étages alpins tout en étant limité du fait de la diminution de la présence de pelouses alpines, inexistantes au-dessus de 3000m.

L'habitat du chamois comprendra systématiquement une zone de forêt qui lui offrira le gîte, le couvert et une protection.

À Lanslevillard, l’espèce est bien présente sur les hauteurs du versant d’adret, en rive droite de l’Arc (Vallonbrun, fond de Burel, Pisselerand, Chamoussières, le Châtelard, etc.). 

 

                Description physique

Le chamois pèse en moyenne 45kg pour les mâles, 30 kg pour les femelles. Il a un corps mesurant de 110 à  135 cm de longueur pour une hauteur au garrot (l'épaule) de 70 à 80 cm. Les cornes des mâles peuvent atteindre jusqu'à 27 cm.

Le poids est affecté par les saisons : les chamois atteignent leur poids maximum en automne alors qu'ils ont accumulé des réserves pendant l'été.  Ceci permet ainsi au corps de résister à l'hiver durant lequel les ressources se font plus rares; en effet, pendant cette saison ils peuvent perdre jusqu'à la moitié de leur poids. De la même manière, le pelage varie en fonction des périodes : d'un pelage clair l'été, il devient épais et plus brun l'hiver.

 

                Alimentation

Les chamois sont des animaux herbivores. Leur régime alimentaire varie en fonction des saisons :

                - En hiver, ils consomment des aiguilles de résineux, lichens, jeunes rameaux, herbes sèches. Ils peuvent gratter la neige pour dénicher quelques herbes ou encore manger l'écorce des arbres.

                - En été, ils quittent la forêt pour aller dans les herbages, dans lesquels ils consomment principalement les plantes herbacées de leur milieu mais peuvent également diversifier leur régime avec quelques baies, buissons et autres feuillages.

 

                Cycle de vie

Si les chamois peuvent potentiellement vivre jusqu'à 25 ans, l'espérance de vie moyenne en milieu naturel est autour d'une 15aine d'années. Ce sont des animaux grégaires qui vivent en harde. La maturité sexuelle est atteinte vers 18 mois pour les femelles comme pour les mâles.  C'est en automne qu'a lieu la période de rut. La gestation durera 170 jours, la mise bas se déroule sur une période de  fin avril à début juin et donnera naissance à des chevreaux qui seront allaités pendant 2 mois. La femelle s'occupera du jeune jusqu'à la prochaine mise bas pendant laquelle elle chassera l'éterlou (le jeune de 1 an) pour accueillir le nouveau chevreau.

L'automne et l'hiver occasionnent un changement de pelage, celui ci s'assombrit et s'épaissit pour éviter une déperdition de chaleur et une dépense trop importante d'énergie pendant une période où les ressources alimentaires se font rares. Ce sont à ces périodes que les chamois occupent principalement les forêts.

Au printemps, les chamois quittent la forêt pour aller chercher les touffes d'herbes c'est aussi à cette période qu'ils muent pour laisser place au pelage d'été aux poils clairs, courts et moins nombreux.

En été, la végétation est abondante et leur permet de constituer des réserves  de graisses pour passer l'hiver. En effet, en hiver la nourriture se fait rare et la mortalité est maximale. Ils se nourrissent alors des arbustes et des quelques herbes qui dépassent du manteau neigeux, aussi la mortalité est elle corrélée à l'épaisseur de neige.

Outre les conditions climatiques, les populations de chamois sont également impactées par les prédateurs tel que le loup ou l'aigle royal qui peuvent s'attaquer aux chevreaux affaiblis. Si le chamois des Alpes a failli disparaître dans les années 50, cela est principalement dû à la chasse excessive. Depuis, des mesures ont été prises afin d'augmenter les populations, cela se traduit par la mise en place de réserve naturelles et autres parc nationaux qui permettent de protéger une partie de leur habitats et celui d'autres espèces. Le suivi de leurs effectifs a été réalisé dans un secteur allant de Bonneval sur Arc à Termignon sur la rive droite de l'Arc et rend compte d'un déclin : de 2001 à 2006, la population est passée de 1300 à 800 individus.

 

 

              LE TETRAS LYRE

 

                Genre et espèce

Le Tétras lyre, Tetrao tetrix fait parti de la famille des Phasianidae (comme les faisans ou les paons) et de l'ordre des Galliformes.

Il est également appelé « petit coq de Bruyère »

 

                Description de l'espèce

Cet oiseau porte ce nom du fait de sa queue qui a une forme de lyre. Le mâle est entièrement noir avec des reflets bleus tandis que la femelle est plus fauve et se fond mieux dans la nature pour mieux se cacher des prédateurs lorsqu'elle est en charge de la couvée. Le mâle se distingue facilement par ses sourcils (ou caroncules) rouges particulièrement développés en période de reproduction.

Le mâle pèse entre 900 et 1400 g pour une hauteur moyenne de 60 cm et la femelle entre 800 et 950 g pour une hauteur moyenne de 50 cm. L'envergure des ailes est comprise entre 65 et 80 cm.

 

                Habitats

Dans les Alpes, le Tétras se trouve principalement dans l'étage compris entre 1400 et 2600 m (la partie supérieure de l'étage subalpin et la base de l'étage alpin) d'altitude. Il  peuple les secteurs boisés tels que les lisières des forêts de conifères mêlées de bouleaux, les landes humides parsemées d'arbres associées aux clairières et tourbières.

A Lanslebourg, cette espèce peut être observée au niveau de la forêt d'Arc.

 

                Alimentation

Majoritairement végétarien, il se nourrit principalement de baies comme les myrtilles mais aussi de rhododendrons, de feuilles, de bourgeons, d'aiguilles de résineux. Les jeunes encore nourris par leur mère peuvent également consommer des insectes, vers etc... mais aussi en complément du régime végétarien de base.

 

                Cycle de vie

Les Tétras vivent en moyenne entre 6 à 9 ans. Le Tétras est un oiseau sédentaire et polygame. La saison des parades nuptiales débutent généralement fin avril début mai et s'étendent pendant un mois et demi. Les mâles (ou « coqs ») se retrouvent sur une « place de chant » qui est souvent une clairière. Les mâles s'affrontent entre eux par le chant (roucoulement, des danses (sauts, vols courts) et des attitudes (ailes entrouvertes, queue déployée, choc au sol avec les pattes ou le bec) et courtisent ainsi les femelles pour les féconder.

Elles établissent ensuite un nid au sol dans un amas de brindilles. La femelle couvera 6 à 8 œufs pendant 25 à 28 jours et s'occupera d'eux pendant leurs 3 premiers mois. Les jeunes s'émanciperont à partir de septembre octobre.

L'hiver en sous-bois, les tétras s'isolent du froid ambiant en se laissant enfouir sous la neige, ou en creusant une loge (sorte d'igloo) dans les zones de neige poudreuse, afin de limiter leurs dépenses énergétiques.

Leurs principaux prédateurs sont l'aigle royal et le renard.

Cette espèce est également impactée par l'aménagement de la montagne (stations, lignes électriques …), la chasse et autres activités humaines.

 

En Maurienne, du côté de la rive gauche la population semblerait stable. Ce constat est le même dans l'ensemble des Alpes du Nord contrairement au déclin observé  dans le reste des Alpes et plus globalement au niveau national. Cela note une différence de la qualité de l'environnement présente en Haute Maurienne.

 

 

                LA MARMOTTE

 

            Genre et espèce

La marmotte, Marmota marmota, est un animal fouisseur de la famille des Sciuridés, et de l'ordre des Rongeurs.

 

                Description de l'espèce

La marmotte présente un pelage marron, un corps trapu et de petites oreilles rondes et une queue courte. Elle possède une vue et une ouïe excellente. Ses pattes courtes et puissantes sont munies de longues griffes à l'avant ce qui lui permet de creuser efficacement les terriers qui lui servent d’abris.

Elle mesure entre 44 et 73 cm de longueur (avec la queue) pour un poids allant de 2,3 kg à 6,5 kg pour les plus robustes en automne.

La marmotte est caractérisée par les cris d'alertes aiguës assimilés à des sifflements, c'est ce qui lui vaut le surnom de sifflex.

 

                Habitats

La marmotte peut être observée entre 1300 et 3000 m d'altitude. Ces territoires de prédilections sont des zones ouvertes à proximité des bois tels que des prairies, des pâturages ou des broussailles. Animal fouisseur, la marmotte privilégiera des zones où la terre est meuble et où les ressources en herbe sont importantes comme sur les pentes herbeuses ensoleillées .

La marmotte vit principalement dans les terriers qu'elle se creuse. Munis d'une entrée principale et de quelques trous de guets, ils peuvent atteindre 120 à 150 cm de profondeur. Tapissés d'herbes sèches, ils se composent principalement d'une chambre correspondant au nid et d'une autre zone dans laquelle la marmotte dépose ses déchets. Elle réalise jusqu'à trois types de terriers, les terriers d'hiver sont creusés plus profonds que les terriers d'été afin de se protéger du gel. Les terriers d'été sont construits par la femelle pour y mettre bas et pour les premiers stades de développement des jeunes. D'autres terriers dits « de fuite » servent de refuges en cas de danger immédiat.

Une fois abandonnés, les terriers creusés serviront de refuges à d'autres animaux.

Facilement observables à Lanslevillard on peut observer les marmottes sur les vallons et autres pelouses d'altitude pouvant même aller jusqu'aux abords des villages.

 

                Alimentation

La marmotte est  principalement végétarienne, elle consomme aussi bien des fleurs que des bourgeons, des tiges ou encore des graines. La consommation de petits invertébrés peut également faire partie de son régime alimentaire.

 

                Cycle de vie

La marmotte hiberne pendant tout l'hiver. L'hibernation est une « stratégie » qui permet aux animaux de passer les périodes plus maigres en ressources tel que l'hiver en limitant la dépense d'énergie.

En effet, quand la température baisse suffisamment, l'activité de ces rongeurs baisse et vient le temps de rentrer en hibernation au chaud dans leur terrier. Les marmottes bloquent l'accès par l'intérieur en colmatant l'orifice par de la terre et de l'herbe. Gavées par la consommation importante de ressources présentes à la belle saison, elles se sont munies d'une couche de graisse qui leur permettent de passer l'hiver sans manger. Les marmottes entrent alors en état de vie ralentie, elles « dorment »: leur rythme cardiaque et leur température corporelle diminuent pour ne pas épuiser leurs réserves.

L'hibernation dure environ 5 mois (entre mi-octobre et mi avril). Elles se réveillent toutes les 3 ou 4 semaines afin d'évacuer les déchets qui s'accumulent dans leur vessie. Avec l'alternance de ces coupures les marmottes peuvent tenir 180 jours de sommeil à l'abri des conditions climatiques rudes de l'hiver et ne reprendre leur activité qu'à l'appel du printemps à venir. Au sortir de leur sommeil hivernal, les marmottes auront perdu environ la moitié de leur poids.

 

Les jeunes naissent nus (sans pelage), aveugles et pèsent à peine 30 g. L'allaitement durera 8 semaines même si dès les 5ème semaine, courant juillet, atteignant 240 g, ils peuvent sortir et se nourrir d'herbes vertes. Ils quitteront le gîte maternel lorsqu'ils auront 3 mois et atteindront leur taille adulte à l'âge de 2 ans. La marmotte vivant en groupes familiaux, on les retrouve par communauté d'une dizaine d'individus comportant un mâle, une ou deux femelles et les portées des 2 années. La longévité de vie des marmottes en milieu naturel est autour de 4 à 6 ans.

 

Les marmottes constituent les principales proies des aigles royaux.

 

 

                LE RENARD

 

                Genre et espèce

Le renard, Vulpes vulpes fait partie de la famille des Canidés et de l'ordre des Carnivoras.

 

                Description

De couleur brun roux, le corps peut mesurer de 60  à 75 cm avec une queue longue et touffue de 35 à 50 cm. Le museau est allongé et les oreilles sont dressées et pointues. Le poids moyen est autour de 6kg.

 

                Habitat

Le renard n'est pas une espèce typique des montagnes. Peu exigeant en ce qui concerne son habitat, on le rencontre des côtes jusque dans les sommets à 2000 m d'altitude du moment qu'il puisse creuser un terrier. En effet, le renard creuse ou modifie un terrier préexistant qu'il emprunte à une autre espèce. Il peut se trouver aussi bien sur un talus que dans une crevasse sur un rocher. Constitué de 2 à 4 entrées, il sera principalement occupé par la femelle et ses petits au moment des naissances. Il sera plus facilement observable en bordure de forêt.

               

                Alimentation

Omnivore, son régime alimentaire est très diversifié. Petits rongeurs (campagnols, souris, mulots) mais aussi quelques volailles, lézards, insectes ou parfois même des charognes. Prédateur opportuniste, son régime alimentaire se diversifie en fonction de la saison; aussi framboise, myrtilles, herbes et différentes baies forestières peuvent participer à sa ration quotidienne.

 

                Cycle de vie

La durée de vie en milieu naturel est autour de 2 à 3 ans. L'accouplement a lieu de décembre à février. En période de rut, le mâle visite les terriers à la recherche d'une femelle qu'il peut repérer grâce au jet d'urine qu'elle laisse.

La gestation dure de 61 à 63 (52-53) jours et donne naissance à une seule portée annuelle pouvant aller de 3 à 6 renardeaux qui naissent aveugles avec un pelage laineux gris cendré.

L'allaitement dure 3 semaines à la suite duquel les renardeaux commencent à manger un peu de viande, puis ils quitteront leur mère autour de leur 4ème mois. Ils atteignent leur taille adulte à 6 mois et leur maturité sexuelle est à 10 mois.

De la disponibilité de la ressource dépend l'organisation sociale. Aussi les renards peuvent ils être trouvés seuls, en couple ou en plus grand nombre allant jusqu'à former un groupe social hiérarchisé. De manière générale, le mâle peut apporter de la nourriture à l'entrée du terrier pour aider à nourrir la femelle; celle-ci devant y passer beaucoup de temps afin d'allaiter les petits dans les premiers jours après la mise bas.

 

 

                LE BOUQUETIN

 

                Genre et espèce

Le bouquetin, Capra ibex, est un ruminant qui appartient à la famille des Bovidés et à l'ordre des ongulés.

               

                Description

Emblème national du parc de la Vanoise

Le poids varie de 65 kg à 100 kg pour les mâles, et 35 à 45 kg pour les femelles pour une hauteur à l'épaule de 75 cm environ. Les mâles peuvent mesurer entre 140 et 160 cm de long du bout du museau à la queue et entre 105 et 145 cm pour les femelles.

Leur robe est grise, plus ou moins fauve et s’assombrit pour devenir marron foncée en hiver.

Les mâles possèdent deux longues cornes annelées qui peuvent atteindre 1 m de longueur et peser 6 kg.

Les femelles ont des cornes bien plus petites d'environ 25 cm.

 

                Habitat

Son habitat de prédilection se compose de versants rocheux escarpés, plutôt exposés au sud, peu boisé et entrecoupé de zones herbeuses et de falaises. On peut donc le retrouver dans les alpages et les zones escarpées de 2000 m d'altitude jusqu'à la limite des glaciers. Il est remarquable par son impressionnante aisance à se déplacer sur les rochers.

 

                Alimentation

Herbivore, il se nourrit principalement de la flore prairiale composée pour l'essentiel durant l'été.

L'hiver, il se contente des lichens, de rameaux d'arbrisseaux, d'aiguilles de résineux.

 

                Cycle de vie

Essentiellement grégaire, deux types de hardes peuvent être distingués :

les mâles adultes
les femelles suitées de leurs jeunes de 2 à 3 ans.

La période de reproduction s'échelonne sur 4 ou 5 semaines de décembre à mi janvier. Pendant la saison de rut, les hardes se rencontrent et une hiérarchie s'installe entre les mâles. Ils s'affrontent pour afficher le dominance et augmentent leur chance de féconder les meilleures femelles aussi appelées les étagnes.

La gestation dure environ 5 mois, les naissances ont lieues entre la fin du mois de mai et la mi-juillet, l'allaitement peut durer entre 2 à 3 mois. Une femelle donnera généralement naissance à un seul petit à la fois et une seule fois par an. Les jeunes cabris atteindront ensuite leur maturité sexuelle à partir d'un an et demi.

Si les adultes ne connaissent pas d'ennemis, les jeunes sont particulièrement vulnérables aux aigles et autres ruses du renard. De manière générale ils peuvent vivre jusqu'à une quinzaine d'années.