Le site du Centre International de Séjour de Val Cenis, pour les Groupes Scolaires

T. 04 79 05 92 30 • info@cis-valcenis.com


Vous êtes ici : Accueil > Le chamoix


La faune

 

LE CHAMOIS

 

                Genre espèce

Le chamois Rupicapra rupicapra (rupicapra ss sp spécifique des Alpes) est une espèce de la famille des bovidés (comme les vaches) et de la sous famille des caprinés (comme les chèvres).

 

                Habitats

Le chamois évolue dans des habitats divers tels que les rochers, les pelouses alpines, les éboulis et les forêts

en fonction des saisons. Aussi peuvent ils être aperçus dans différents étages de la montagne : à partir de 800 m jusqu'à 2800 m. Dans les Alpes, les activités humaines provoquent un recul des populations vers les étages alpins tout en étant limité du fait de la diminution de la présence de pelouses alpines, inexistantes au-dessus de 3000m.

L'habitat du chamois comprendra systématiquement une zone de forêt qui lui offrira le gîte, le couvert et une protection.

À Lanslevillard, l’espèce est bien présente sur les hauteurs du versant d’adret, en rive droite de l’Arc (Vallonbrun, fond de Burel, Pisselerand, Chamoussières, le Châtelard, etc.). 

 

                Description physique

Le chamois pèse en moyenne 45kg pour les mâles, 30 kg pour les femelles. Il a un corps mesurant de 110 à  135 cm de longueur pour une hauteur au garrot (l'épaule) de 70 à 80 cm. Les cornes des mâles peuvent atteindre jusqu'à 27 cm.

Le poids est affecté par les saisons : les chamois atteignent leur poids maximum en automne alors qu'ils ont accumulé des réserves pendant l'été.  Ceci permet ainsi au corps de résister à l'hiver durant lequel les ressources se font plus rares; en effet, pendant cette saison ils peuvent perdre jusqu'à la moitié de leur poids. De la même manière, le pelage varie en fonction des périodes : d'un pelage clair l'été, il devient épais et plus brun l'hiver.

 

                Alimentation

Les chamois sont des animaux herbivores. Leur régime alimentaire varie en fonction des saisons :

                - En hiver, ils consomment des aiguilles de résineux, lichens, jeunes rameaux, herbes sèches. Ils peuvent gratter la neige pour dénicher quelques herbes ou encore manger l'écorce des arbres.

                - En été, ils quittent la forêt pour aller dans les herbages, dans lesquels ils consomment principalement les plantes herbacées de leur milieu mais peuvent également diversifier leur régime avec quelques baies, buissons et autres feuillages.

 

                Cycle de vie

Si les chamois peuvent potentiellement vivre jusqu'à 25 ans, l'espérance de vie moyenne en milieu naturel est autour d'une 15aine d'années. Ce sont des animaux grégaires qui vivent en harde. La maturité sexuelle est atteinte vers 18 mois pour les femelles comme pour les mâles.  C'est en automne qu'a lieu la période de rut. La gestation durera 170 jours, la mise bas se déroule sur une période de  fin avril à début juin et donnera naissance à des chevreaux qui seront allaités pendant 2 mois. La femelle s'occupera du jeune jusqu'à la prochaine mise bas pendant laquelle elle chassera l'éterlou (le jeune de 1 an) pour accueillir le nouveau chevreau.

L'automne et l'hiver occasionnent un changement de pelage, celui ci s'assombrit et s'épaissit pour éviter une déperdition de chaleur et une dépense trop importante d'énergie pendant une période où les ressources alimentaires se font rares. Ce sont à ces périodes que les chamois occupent principalement les forêts.

Au printemps, les chamois quittent la forêt pour aller chercher les touffes d'herbes c'est aussi à cette période qu'ils muent pour laisser place au pelage d'été aux poils clairs, courts et moins nombreux.

En été, la végétation est abondante et leur permet de constituer des réserves  de graisses pour passer l'hiver. En effet, en hiver la nourriture se fait rare et la mortalité est maximale. Ils se nourrissent alors des arbustes et des quelques herbes qui dépassent du manteau neigeux, aussi la mortalité est elle corrélée à l'épaisseur de neige.

Outre les conditions climatiques, les populations de chamois sont également impactées par les prédateurs tel que le loup ou l'aigle royal qui peuvent s'attaquer aux chevreaux affaiblis. Si le chamois des Alpes a failli disparaître dans les années 50, cela est principalement dû à la chasse excessive. Depuis, des mesures ont été prises afin d'augmenter les populations, cela se traduit par la mise en place de réserve naturelles et autres parc nationaux qui permettent de protéger une partie de leur habitats et celui d'autres espèces. Le suivi de leurs effectifs a été réalisé dans un secteur allant de Bonneval sur Arc à Termignon sur la rive droite de l'Arc et rend compte d'un déclin : de 2001 à 2006, la population est passée de 1300 à 800 individus.